Alors que la e-cigarette – ou cigarette électronique – est devenue un accessoire utilisé dans le monde entier et comme alternative pour arrêter de fumer, les personnes qui se rendent en voyage en Thaïlande doivent savoir que l’e-cigarette est interdite dans le pays.

Les raisons de l’interdiction des cigarettes électroniques en Thaïlande

Créée en 2005 par le chinois Hon Lik, la cigarette électronique s’est très vite imposée sur le marché du tabac, rencontrant un franc succès auprès des fumeurs qui l’utilisent quotidiennement ou comme substitut à la cigarette traditionnelle. Ce phénomène devient mondial avec une explosion du marché entre 2011 et 2014. Des entrepreneurs ont senti le potentiel de ce marché, décidant de se lancer dans l’aventure et d’ouvrir des enseignes à tous les coins de rue.

Entre 2014 et 2016, la vente de cigarette électronique a ralenti, après l’application de la TPD, ou la Directive européenne sur les produits du tabac, permettant de faire le ménage auprès d’enseignes peu scrupuleuses.

C’est à cette même période que le gouvernement thaïlandais a décidé l’interdiction des cigarettes électroniques dans son pays. Même les liquides sont sous embargo. Pourquoi ? Tout simplement pour des raisons de santé et pour éviter toute incitation au tabac auprès des jeunes.

Entre décembre 2019 et février 2020, l’Université de Chiang Mai en Thaïlande a mené une étude. Elle avait pour but d’enquêter sur les comportements d’utilisation des cigarettes électroniques. Une donnée importante en est ressortie : l’âge moyen d’un fumeur thaïlandais utilisant d’une cigarette électronique est de 28 ans dont 89 % sont des hommes.

Quelles sanctions en cas de vapotage ?

De Phuket à Bangkok la loi est stricte. Quiconque l’enfreint peut-être interpellé par les autorités thaïlandaises et risque une amende de la valeur du ou des articles transgressés, voire une peine de prison. La loi s’applique autant aux touristes qu’aux locaux.

Des touristes étrangers ignorant l’interdiction ont récemment été condamnés à une amende ou même arrêtés. Cette situation est arrivée à Cecilia Cornu en 2019 : ce qui devait être un voyage de rêve s’est terminé en cauchemar. Séjournant dans une station balnéaire à Phuket, elle vapotait en toute innocence jusqu’à ce que des policiers thaïlandais débarquent et lui arrachent sa cigarette. On lui demande de payer immédiatement une amende de 40 000 bahts : la Française refuse. C’est alors que les autorités locales l’embarquent direction la prison de Phuket puis transfert à celle de Bangkok, confiscation de son passeport. Elle doit finalement sa libération qu’aux diverses sommes que sa famille à verser aux juges et aux policiers véreux.

Par conséquent, il est conseillé aux voyageurs se rendant en Thaïlande de ne pas apporter de cigarette électronique, ni d’articles ou de produits liés aux cigarettes électroniques tels que les liquides utilisés dans les appareils.

De même, les agences de voyages doivent prévenir les futurs touristes des risques qu’ils encourent, à savoir une amende de 30 000 bahts (soit environ 800 €) minimum dans le meilleur des cas, et jusqu’à 10 années de prison.

Quelles alternatives à la cigarette ?

Et si votre future visite en Thaïlande était l’occasion pour arrêter de fumer ? Commencez votre sevrage en adoptant une des alternatives à la cigarette :

  • Les substituts nicotiniques. Chewing-gums, sprays ou pastilles à base de nicotine sont des produits à réponse rapide, diffusant la substance dès que vous en ressentez le besoin. Pour un effet plus lent et régulier, optez pour le patch.
  • Les médecines douces. L’acupuncture et l’hypnothérapie ont fait leur preuve sur le sevrage tabagique. Il faudra cependant suivre plusieurs séances afin de voir les résultats.
  • La méthode Allen Carr. Créé en 2018, cette approche – façon thérapie de groupe – correspond aux personnes qui souhaitent vraiment arrêter de fumer et/ou de vapoter, rapidement, sans recourir à des médicaments, avec un taux de réussite élevé.